LE SDDC : la virtualisation tous azimuts

Software Defined Data Center (SDDC)-resized-600.jpgIl y a un peu moins d’un mois au VMworld 2013 Europe à Barcelone, Maurizio Carli, vice-président senior et general manager EMEA de VMware* précisait les trois phases cruciales de la transformation de l’infrastructure IT des entreprises :

  • Phase 1, la virtualisation des applications non critiques, permettant ainsi de réduire les coûts ;
  • Phase 2, le renforcement de l’infrastructure virtualisée, afin d’y faire fonctionner aussi les applications critiques ;
  • Phase 3, l’automatisation et la gestion du cloud, menant à l’IT as a Service.

Si le marché mondial des solutions de virtualisation de serveurs est évalué à 6 Md$, les nouvelles innovations développées par la société VMware lui permettent d’ouvrir de nouveaux marchés capables de dégager 50 Md$. Parmi elles, le SDDC (« Software-Defined Datacenter »).

A travers l’éclairage de professionnels, nous pouvons revenir sur la signification concrète de cette nouvelle innovation au cœur de l’évolution des infrastructures IT.

« Le SDDC prend en compte toutes les infrastructures (serveurs, stockage et réseau) qui sont virtualisées et délivrées comme un service, et le contrôle du datacenter est entièrement automatisé par logiciel. Ce concept ne pouvait exister précédemment, l’ensemble des composants d’un datacenter n’étant pas virtualisés ; nous faisons avec le datacenter virtuel ce que nous avons fait avec la machine virtuelle : abstraction des services, mise en pool et automatisation.» Stéphane Arnaudo, Senior Manager Partner de VMware EMEA

« le SDDC (Software defined datacenter) : ce concept repose sur du « logiciel intelligent » fonctionnant de façon totalement séparée du logiciel système des équipements hardware qu’il s’agisse des serveurs ou des baies de stockage, ou des commutateurs/routeurs du réseau.
C’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour concevoir et administrer des datacenters, aussi bien en termes de technologie IT que d’applications métiers.
 » (from http://www.silicon.fr)

 « Bien que la virtualisation représente déjà un gain de temps dans le datacenter, avec la réduction du temps de provisionnement du serveur, il faut néanmoins des interventions manuelles ou physiques afin de fournir du stockage, des règles de sécurité et du réseau à chacune des machines virtuelles.

Le SDDC offre une solution globale permettant d’automatiser le déploiement de manière simple à l’aide d’un datacenter où les composants matériels sont limités aux composants les plus standards tandis que toute l’intelligence se situe au niveau logiciel. Cette configuration permet ainsi de se détacher du hardware pour donner au datacenter plus de flexibilité et d’adaptivité. » francois tonic » (magazine Programmez!)

« Le SDDC a changé Atos, explique également Thierry Breton. Il nous a permis de ne plus nous concentrer sur le traditionnel problème de coût, mais sur la création de valeur et d’opportunités pour nos clients. Le SDDC leur permet de se préparer au défi de l’explosion de la donnée. »

 Pour plus d’informations, vous pouvez notamment prendre connaissance de ces articles

Is the software-defined data center just another buzz term?

NetApp œuvre pour le SDDC

 

*Vmware virtualise l’informatique, du data center aux périphériques mobiles en passant par le Cloud (http://www.vmware.com/fr/)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s