La DGSI, acteur de la politique publique d’Intelligence Economique

logo_dgsiPlusieurs acteurs s’inscrivent dans le cadre de la politique publique d’Intelligence Economique. Parmi eux, la DGSI, par son action de contre-ingérence économique, contribue à la préservation de la souveraineté économique, scientifique et technologique de la France. Intelligences Economiques s’est penché sur la mission de sécurité économique de cette institution aussi discrète que réputée.

La DGSI : un service de renseignement de sécurité et de police

La DGSI, sur les questions de protection économique, reste une institution éminemment défensive dont la mission centrale reste la sensibilisation des entreprises à la nécessaire protection de ses informations stratégiques. La vocation des professionnels de la structure en charge de cette mission reste donc le conseil et la prévention (sensibilisation aux risques collectifs et personnels). La prévention touche environ 8000 acteurs de toutes tailles du monde économique et scientifique. Le site du Ministère de l’Intérieur (http://www.interieur.gouv.fr) précise que la gamme de prestations, très large, combine travail de contact et de sensibilisation, conférences (environ 1200 conférences pour plus de 60 000 personnes en 2014), évaluations du niveau de sûreté, habilitation au secret de la défense nationale des personnes physiques et morales… En outre, la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive s’intègre également par essence à la protection économique.

La DGSI reste un service de police. Elle a donc une vocation de renseignement de sécurité mais peut avoir également une action répressive. Ce dernier point étant traité, non pas directement par la sous-direction de la protection du patrimoine économique, mais par une sous-direction judiciaire. La loi sur le secret des affaires aurait dû notamment intégrer ce volet répressif… alea jacta est !

Afin d’assurer ses missions, la DGSI, qui a succédé à la DCRI en 2014, peut s’appuyer sur un maillage territorial dense. Conduisant à la création de la DCRI en 2008, le mariage de la DST et des RG avait pu permettre ce bon équilibre. Le pilotage reste central (en accord avec la politique publique d’Intelligence économique) mais des déclinaisons sont opérées à l’échelon local. Des spécialistes en contre-ingérence économique sont ainsi présents dans la majorité des régions françaises.

Les nouvelles menaces pesant sur la sécurité des entreprises

Les secteurs traditionnels comme l’aéronautique, le nucléaire restent des cibles pour les actions d’ingérences étrangères. Mais, les nanotechnologies, la biotechnologie et le monde de la recherche plus largement sont de plus en plus victimes de la prédation économique.

Logiquement, les questions de cyber défense deviennent de plus en plus omniprésentes à la DGSI. Aujourd’hui plus de 20% des attaques sont liées à l’outil informatique (des attaques visant à la captation de données stratégiques jusqu’au vol d’ordinateur). Ces attaques s’intègrent le plus souvent dans un plan d’action global. Les auteurs de ces intrusions profitent notamment de la difficulté de mise en œuvre de la réponse judiciaire. Souvent hors de portée de l’action répressive, parce que résidant dans des pays peu ou pas coopératifs, ces derniers savent que le risque pénal encouru demeurera relatif.

Afin de faire face à ce nouveau type de menace, la DGSI renforce depuis 2013 ses capacités d’expertise technique par le recrutement de contractuels. Trop peu encore de «policiers – techniciens» sont formés pour pallier les besoins.

Les rapports de force dans le monde du Renseignement

Comme le soulignait la délégation parlementaire au Renseignement, dans le domaine économique, nos meilleurs partenaires peuvent être nos principaux adversaires. La France a-t-elle véritablement le pouvoir de peser sur l’échiquier? Ou jouons nous avec quelques coups de retard (voire avec des pièces en moins)? …

On indique dans les services qu’il «n’existe pas à ce jour de dispositif européen intégré de protection et de contre ingérence». En parallèle, d’autres pays se contentent de grands principes de surface et renforcent inéluctablement leurs capacités en matière de renseignement, notamment dans le domaine économique et financier. Afin d’obtenir un meilleur équilibre dans ce rapport de force, une «réponse adaptée devrait être recherchée». L’offensive est globale: outre les techniques propres aux services spécialisés et aux structures privées agissant en soutien de grandes entreprises, il y a une bataille juridique, avec la question des normes, voire judiciaire dans certains cas. Certains professionnels au sein de cette institution peuvent parfois regretter un «angélisme» sur ce sujet pourtant crucial. A la DGSI on s’interdit de faire de l’offensif.

Néanmoins, nous devons reconnaître qu’il existe, tant au niveau de l’Etat, qui améliore et renforce le dispositif public d’intelligence économique qu’au sein de la communauté du Renseignement, une réelle volonté d’améliorer la sécurité économique. «La réflexion est en cours et se veut permanente». Cela passe notamment par une relation plus fusionnelle entre les sphères privée et publique. Ce partenariat peut certainement être rendu plus efficace. Plus qu’une question d’adaptation, c’est une exigence pour renforcer notre crédibilité et protéger nos entreprises, nos emplois et donc notre indépendance et notre souveraineté.

Une réflexion sur “La DGSI, acteur de la politique publique d’Intelligence Economique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s