L’IE suisse

I.                   Le marché suisse de l’Intelligence économique : présentation générale.

 Le marché suisse est potentiellement intéressant. L’Information stratégique a en effet un prix réel dans ce pays… Avant chaque entrée en relation d’affaires, il est naturel qu’un groupe se renseigne aussi bien sur l’équilibre financier de la future entreprise partenaire que sur la réputation de son directeur. 

La demande en matière de prestations en Intelligence économique est ainsi importante. Genève, Zurich, Bâle, etc. sont de véritables « mines d’or ». Les milieux bancaires, pharmaceutiques et horlogers se sont fortement développés et ont besoin d’expertises en IE. Ces derniers gardent une stabilité financière et peuvent donc se permettre d’avoir recours à de telles expertises. L’offre en IE s’est peu à peu développée mais, cette dernière reste encore relative et garde des spécificités bien particulières par rapport à notre marché. Comme en France, une grande majorité des firmes basées en suisse (de type Nestlé ou Philip Morris) font de la veille et de l’IE. Il est logiquement difficile d’aller quêter des informations auprès de ces entreprises. Comme le souligne le professeur Madinier de l’HEG à Genève : « ici en Suisse il y a vraiment une culture du secret, la veille et l’IE en font partie ». Sur le plan académique, aujourd’hui seulement deux écoles proposent des formations en veille (l’HEG en fait parti). Du côté institutionnel, le gouvernement n’a pas ou peu de contrôle sur les pratiques du renseignement (du fait d’une culture fortement libérale et des complexités juridiques entre canton et pouvoir central). Quelques agents des services secrets suisses se réorientent dans le renseignement des affaires mais, une grande partie des professionnels sont étrangers (ce qui peut aussi justifier la complexité de maîtriser le développement de l’IE à l’échelle nationale).

 II.                Le marché suisse : « une mine d’or »

 L’opportunité commerciale reste, à mon avis, énorme. Il existe des marchés importants notamment dans les domaines de l’E-réputation, la lutte contre les fraudes, les contrefaçons et plus largement dans la Due Diligence. Les acteurs sont aujourd’hui relativement peu nombreux. Il existerait ainsi autant d’avantages concurrentiels qu’il existerait d’opportunités commerciales. Il faut toutefois comprendre qu’implanter en Suisse une cellule d’IE, c’est être encore aujourd’hui un pionnier. Ainsi, il est nécessaire de prendre conscience des différences professionnelles et culturelles de ce pays.

III.             Les spécificités du marché suisse

 La Suisse a son propre fonctionnement économique, des mentalités & pratiques de travail particulières. Naturellement, il n’est pas possible de réaliser des expertises efficaces si on ne prend pas en compte l’environnement. Si l’IE est à un stade embryonnaire en Suisse, le renseignement commercial est développé. La frontière conceptuelle entre l’IE et le renseignement est aussi vague que celle entre l’ »information grise et blanche » (entre les recherches légales et illégales). 

Nous pouvons prendre le cas de l’agence ALP SERVICES pour illustrer ce propos. Cette dernière, basée à la périphérie de Genève,  monopolise une bonne partie du marché. Si ses expertises sont connues, les méthodes de renseignement et l’éthique des directeurs sont toutefois critiquées  (affaire Areva, etc.). Savoir si la promotion d’un « renseignement éthique » est possible en Suisse, cela est une autre question… 

 Le grand vide (et l’opportunité commerciale par nature) se situe au niveau du développement de l’IE pour les PME suisses. Les études faites sur ce point sont très peu nombreuses mais, nous pouvons en conclure que les pratiques de ces petites structures se  limitent bien souvent à l’utilisation de la veille.  L’IE reste un concept académique, flou pour le gouvernement et les PME. Ce qui n’est pas le cas pour de plus grands groupes étrangers, vous l’aurez compris.

 Il existe donc un fossé énorme entre les moyens mis à disposition des petites structures en comparaison avec les moyens des firmes internationales. Parler d’Intelligence (économique) collective en Suisse est inconcevable. Chaque entreprise gardant jalousement ses pratiques et ses outils. L’IE suisse répond ainsi à des spécificités professionnelles mais aussi culturelles.

IV.             Eléments de réflexion sur le développement commercial en Suisse

 Pour être réellement efficace, certains principes sont à respecter si l’on désire implanter une cellule d’IE en Suisse.

 En effet, il peut être recommandé de recourir à une bipolarisation des activités. Un réseau Genève-Zurich serait l’idéal. Il permettrait de s’ouvrir à de nouveaux clients et augmenter ses chances d’avoir de l’Information sensible. En effet, les caractéristiques de l’économie suisse varient généralement en fonction des zones géographiques. Genève reste le pôle financier, Bâle le pôle pharmaceutique et Zurich la localisation des principaux sièges de grands groupes (ainsi que de grands cabinets d’avocats). Autre point important, il est nécessaire d’avoir parmi son personnel des professionnels suisses allemands (de culture locale) afin de s’ouvrir à de nouveaux cantons. Certaines entreprises suisses redoutent en effet l’influence étrangère et font confiance bien plus facilement à des « locaux ». Un étranger parlant le suisse allemand n’est ainsi pas forcément bien vu. Il existe de nombreuses autres spécificités à prendre en compte mais les exposer dans cet article serait trop fastidieux.

 Si s’implanter en Suisse présente des difficultés notables, les atouts sont d’autant plus grands. Il faut pouvoir peser raisonnablement les avantages et les inconvénients du marché. Ceci n’étant qu’une synthèse de mes analyses & réflexions, vous pouvez me contacter si vous désirez plus d’informations pratiques et techniques. 

Si vous désirez recueillir des informations commerciales (personnes morales et physiques) en Suisse, je pourrai aussi vous orienter vers des agences efficaces.  

 

Source: « L’Intelligence économique en Suisse: aide à l’implantation d’une cellule d’IE dans le canton de Genève » (thèse MBA 2011)

5 réflexions sur “L’IE suisse

    • J’ai en effet écrit cette thèse. Toutefois, elle n’est malheureusement plus disponible aujourd’hui…j’en suis désolé. Si vous désirez davantage d’informations n’hésitez pas à revenir vers moi. J’ai de plus de bons contacts en Suisse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s